Les chercheurs le disent:

Publié le par Tono Dédanaïde

Conclusion de L’OCE : sous les mantras de continuité écologique et de restauration morphologique, la France dépense à l’aveugle et sans cohérence de bassin des sommes considérables d’argent public, pendant que les facteurs physico-chimiques impactant la qualité de l’eau ne sont pas correctement traités et nous valent des remontrances de l’Union européenne. Plus fondamentalement, le poids réel des facteurs morphologiques (souvent la cible des restaurations de rivières) et le gain environnemental de leur traitement restent à estimer avec une méthodologie scientifique rigoureuse, cela sur tous les bassins versants.
Ce serait éminemment préférable à la boule de cristal qui est devenue la méthode expertale de la continuité écologique.
Au lieu de penser les aménagements, c’est la fureur destructrice qui est encensée…peu importent les effets collatéraux.
Référence
Morandi B. at al (2014), How is success or failure in river restoration projects evaluated?

Commenter cet article